La marche méditative kin-hin

La marche méditative kin-hin est une pratique qui fait partie intégrante de la tradition du bouddhisme zen sōtō. Cette pratique a été redynamisée par le maître zen japonais Kodo Sawaki au XXe siècle.

Le kin-hin est une forme de méditation en mouvement qui accompagne généralement la méditation assise (zazen) dans la tradition zen sōtō. Il s’agit d’une manière de marcher très lente et délibérée, pratiquée entre les sessions de méditation assise, pour maintenir un état de pleine conscience et de présence dans le moment présent.

Les pratiquants se tiennent debout dans une posture méditative, les mains formant un mudra (posture des mains) particulier.

Le groupe commence la marche lentement et en synchronie. Effectuez chaque pas avec une grande attention. Les pratiquants lèvent le pied en inspirant et avancent le pied en expirant. La respiration est profonde et en accord avec le rythme de la marche.

Les yeux

Ouvrez les yeux et posez le regard vers le sol, à quelques mètres devant vous, sans vous fixer sur quelque chose en particulier. Cela permet de rester conscient de l’environnement tout en restant concentré sur la marche.

La distance entre chaque pratiquant est généralement régulière, et le rythme de la marche est maintenu de manière constante et lente. Il ne s’agit pas d’atteindre un objectif ou de se déplacer rapidement, mais plutôt de rester concentré sur chaque pas.

Le kin-hin est une méditation en mouvement. Il permet de prolonger l’état de conscience atteint pendant la méditation assise dans l’action de la marche. Vous observez les pensées et les distractions, mais vous les laissez passer sans vous y attacher.

Pleine conscience

Le kin-hin est une pratique qui favorise la pleine conscience, la stabilité mentale et la présence dans l’instant. Elle renforce également la conscience corporelle et la relation entre le corps et l’esprit. Cette pratique est un complément puissant à la méditation assise dans la tradition zen sōtō. Vous pouvez la pratiquer seule pour développer la pleine conscience au quotidien. Kodo Sawaki a contribué à la popularisation de cette pratique en insistant sur son importance dans le développement spirituel.