Traduction française de l’Hannya Shingyo

Essence du sutra de la grande sagesse qui permet d’aller au-delà

Le Bodhisattva de la Vraie Liberté , par la pratique profonde de la Grande Sagesse comprend que le corps et les cinq skanda ne sont que vacuité et par cette compréhension, il aide tous ceux qui souffrent.

Ô Sariputra, les phénomènes ne sont pas différents de ku. Ku n’est pas différent des phénomènes. Les phénomènes deviennent ku. Ku devient phénomène (la forme est le vide, le vide est la forme), les cinq skanda sont phénomènes également.

Bouddha - temple zen du Caroux
Bouddha – temple zen du Caroux

Ô Sariputra, toute existence a le caractère de ku, il n’y a ni naissance ni commencement, ni pureté, ni souillure, ni croissance, ni décroissance.

C’est pourquoi dans ku, il n’y a ni forme, ni skanda, ni œil, ni oreille, ni nez, ni langue, ni corps, ni conscience ; il n’y a ni couleur, ni son, ni odeur, ni goût, ni toucher, ni objet de pensée ; il n’y a ni savoir, ni ignorance, ni illusion, ni cessation de la souffrance, il n’y a pas de connaissance, ni profit, ni non-profit.

Pour le Bodhisattva, grâce à cette Sagesse qui conduit au-delà, il n’existe ni peur, ni crainte. Toute illusion et attachement sont éloignés et il peut saisir la fin ultime de la vie, le Nirvana.

Tous les Bouddhas du passé, du présent, du futur peuvent atteindre à la compréhension de cette Suprême Sagesse qui délivre de la souffrance, le Satori, par cette incantation, incomparable et sans pareille, authentique, qui supprime toute souffrance et permet de trouver la réalité, le vrai ku :
« Aller, aller, aller ensemble au-delà du par-delà sur la rive du satori. »